Patrick Sébastien, homme de télévision, imitateur et chanteur, annonce depuis mi-novembre qu’il va rédiger un manifeste sur la politique, pour « après les régionales de 2010 ».

Son but est de créer un mouvement humaniste. Ce mouvement sera chargé d’élaborer une charte qui pourra être proposée entre deux tours d’élection, une charte, des règles ou des engagements à respecter en échange de voix ; ou bien, après un mandat, ce mouvement mettra les partis politiques, ou les élus devant leurs résultats et leurs promesses tenues ou pas.

Une démarche nouvelle qui interroge :

Comment positionner Sébastien sur l’échiquier politique ?

Dans quel but fait-il cela ?

Est-il un nouveau Coluche ? Non. Il ne le souhaite pas, il s’en défend. Il ne veut pas diriger, et ne souhaite pas créer un nouveau parti.

Comment s’en sortira t-il en politique ?

Les politiques signeront ils sont manifeste ? Le respecteront-ils ?

Quel sera le poids de cet homme et de son mouvement?

Le rouleau compresseur politique sera-t-il pris dans le piège de la sincérité ou laminera t-il l’espoir des petits ?

Mes craintes pour ce néophyte en politique

J’aime la politique et cette idée que tout le monde puisse en faire, cependant je doute qu’une idée aussi naïve puisse fonctionner.

Même si cet homme, est assez populaire pour emmener derrière lui une grande partie de l’opinion Française, il ne craint rien, il a suffisamment d’argent pour être autonome, il a vécu, il n’a plus rien à perdre ; mais pourra t-il surnager dans ce panier de crabes.

A près les tentatives avortées de Coluche et de Dieudonné de se lancer en politique, je crains que celle-ci ne passe aussi à la trappe. Mais pourquoi pas, après tout.

Où en sommes nous arrivés pour que le seul à faire peur au puissants soit un amuseur ?

Je me dis que la politique dans ce pays est mal foutue. En effet pourquoi au final ce sont les comiques qui doivent prendre les choses en main : Coluche, élections présidentielles de 1981 et les restos du cœur, Patrick Sébastien l’arbitre de la politique en 2010?

Je ne souhaite pas tomber dans la caricature et dire « tous pourris », ou bien, gauche et droite c’est du pareil au même, mais bon, je pense que nous ne sommes pas loin du compte, et qu’une poignée de dirigeants nationaux ne respectent plus rien.

Les uns après les autres sous l’effet de « l’ivresse des sommets » se déconnectent de la réalité. Seul risque à courir, l’alternance politique entre deux élections, les extrêmes (gauche et droite) s’étant retrouvés au tapis.

Ils courbent l’échine, le pouvoir leur reviendra aux prochaines élections une fois que le camp adverse n’aura pas tenu ses promesses.

Alors pourquoi ne pas croire en ce nouveau Zorro.

El loco de los techos